Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

Réponse à « aretezdenousprendrepourdcon », le Bien-nommé.

Chers Camarades, chers Collègues.

 

Dans un message publié sur notre plate-forme le 26 Avril 2016 à 9H 12, le susnommé « aretezdenousprendrepourdcon », s’est cru autorisé à nous imputer une violation de la loi : « le détournement de l’argent du CE pendant des années ».

Averti par nos soins qu’il venait de se rendre ainsi l’auteur d’une diffamation publique, le Bien- nommé convoque la Liberté d’Expression pour essayer de donner une base légale à son infraction

Voir réponse de « aretezdenousprendrepourdcon » du 27 Avril 2016 à 0H 04.

Le Bien-nommé ne sait pas trompé en choisissant son pseudo : on ne va rien arrêter du tout, la pathologie étant, de facto, constituée le concernant !

Par contre, nous nous permettons de porter à la connaissance du Bien-nommé, les éléments conceptuels et juridiques qui vont nous permettre d’engager sa responsabilité.

  1. Sur la Liberté d’expression.

La Liberté d’expression est une des premières conquêtes de la Révolution française. Inscrite dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, la libre communication des pensées et des opinions apparaît comme la première des libertés (article11).

La Liberté d’expression s’exerce dans les bornes définies par la loi.

Son exercice exige parfois une grande indépendance d’esprit, le courage d’aller contre les opinions dominantes, la capacité de ne pas céder aux pressions de l’environnement.

Nous savons que pour le Système Auchan, nous incarnons un Syndicat en rupture avec les pratiques ancestrales qui visent à domestiquer tout esprit critique. Et à servir uniquement les intérêts des Princes qui nous gouvernent.

C’est l’exacte raison pour laquelle nous subissons ces menaces, injures et autres tentatives d’intimidations. Ces agissements sont sanctionnés par les tribunaux puisqu’il s’agit d’une transgression de la loi.

La Cour Européenne des Droits de l’Homme, dans son Arrêt du 7 Décembre 1976 (N° 5493/72, Handsyde c/Royaume-Uni) définit cette liberté fondamentale ainsi : « La Liberté d’Expression vaut non seulement pour les « informations » ou « idées » accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent : ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l’esprit d’ouverture sans lesquels, il n’y a pas de société démocratique ».

Cette décision fondamentale qui s’impose aux Etats membres illustre parfaitement bien le combat que nous menons contre la Doxa du Système Auchan.

Alors, cher « aretezdenousprendrepourdcon », oui nous proclamons le droit à la Liberté d’expression. C’est ce que nous faisons tous les jours. Mais à votre différence, nous savons que cette dernière s’exerce dans le respect des lois de la République, et notamment vous concernant, la loi du 29 Juillet 1881 sur la liberté de la presse.

  1. Sur le délit de diffamation publique.

La liberté d’expression connaît certaines restrictions qui sont fixées par la loi et qui sont jugées nécessaires au respect des droits et de la réputation d’autrui.

Lorsque vous écrivez : « le détournement de l’argent du CE pendant des années », vous nous imputez une grave infraction qu’il vous appartient maintenant de prouver.

Dans le cas contraire, vous venez de commettre une diffamation publique, délit prévu et réprimé par les articles 29 alinéas 1 et 32 de la loi du 29 Juillet 1881 sur la liberté de la presse.

Nous démontrerons en procédure que cette diffamation, présumée de mauvaise foi (voir votre avocat), a été commise avec l’intention évidente de nuire au Délégué Syndical ainsi qu’à sa compagne.

Il n’est pas dans notre intention de contester la liberté d’expression, mais de vous demander réparation pour ce qui s’avère être une véritable intention de nous nuire.

En effet, vous n’apportez aucun élément qui prouve votre accusation, permettant ainsi de fournir à nos lecteurs les moyens d’apprécier objectivement vos allégations.

Vous vous contentez, cher Bien-nommé, de colporter des rumeurs et des calomnies diffusées par le Système Auchan qui visent à essayer de rendre illégitime le combat que nous menons pour la défense de la santé et des conditions de travail des salariés d’Auchan.

Le problème, c’est que vous allez être le seul maintenant à en assumer toutes les conséquences.

*

*         *

Le véritable acte créatif, est de formuler les bonnes questions.

FORCE OUVRIÈRE LIBRE INDÉPENDANT DÉTERMINÉ

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet