Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

PravdaLand

Chers Camarades, chers Collègues,

Un personnage marche d’un pas décidé et soudain, il se heurte à la porte vitrée qu’il n’avait pas vue. C’est l’inconvénient des vitres trop propres : elles sont hypocrites, elles se font oublier. On regarde à travers la vitre, mais on ne regarde pas la vitre.

Ayez sur le nez ces lunettes de soleil à verres jaunes. Et vous prendrez la plage de Dunkerque pour celle de Miami.

Mais que cette vitre soit sale et alors elle vous saute aux yeux.

Elle n’est plus la matière à travers quoi vous voyez, le plus neutre des instruments d’optique ; elle est au premier plan de ce que vous voyez. Si bien que vous finissez par regarder la vitre.

Et vous constatez ce que vous n’auriez pas vu si elle avait été parfaitement propre, la vitre.

Oh, presque rien. Ici, une bulle dans l’épaisseur du verre, là une écaille, une griffure, une légère anisotropie du verre, quelques tâches d’interférence…. Des défauts à peine visibles à l’œil nu, mais qui déforment votre perception de ce qui se trouve de l’autre côté de la vitre.

La communication est cette vitre !

Elle est le discours qui façonne le monde en nous faisant accéder à l’événement. Sa vocation, ce pourquoi la Dir Com est appointée, c’est de tenter de nous expliquer que l’événement constitue l’information ; que l’information, c’est l’événement.

Or, l’information ne préexiste pas à sa mise en mots ; le métier de la Dir Com, c’est précisément de « produire de l’information ».

Ils essayent de nous faire croire que l’événement n’est pas une donnée construite, mais que son importance serait intrinsèque aux faits eux-mêmes.

En réalité, un événement ne vient pas à la une de la Dir Com par hasard : on choisit de le mettre à la une, d’en faire un argument de propagande. Son importance est parfois peu contestable (le divorce d’avec Système U sur lequel le Système Auchan avait fondé tant d’espoirs et qui s’est terminé en eau de boudin..), mais parfois aussi, elle l’est totalement (Ex, Auchan Retail remporte le Trophées ECR Or 2016. On en est encore tout émerveillés, du trophée…. ).

La lettre de mission de la Dir Com est très simple : informer (étymologiquement « doter d’une forme ») une réalité informe (étymologiquement « sans forme »).

L’événement est, en effet, une donnée extralinguistique, c’est-à-dire extérieure aux mots.

La communication est la mise en mots de l’événement qu’impose la nécessité d’en parler. Elle n’existe pas en dehors de son contexte de transmission ; en tant que discours, elle est produite par celui ou celle qui veut la transmettre.

L’information, ce n’est pas « ce qui s’est passé », mais la communication de ce qui s’est passé !

Nous touchons là un point capital que chacun d’entre nous doit bien avoir à l’esprit. Contrairement à un appareil électronique ou bien à un influx nerveux, l’individu n’émet pas les informations. Il les énonce. Il a le choix de dire ou de ne pas dire.

Il a le choix, infini, des manières de dire à la différence de l’encodage des robots.

L’information porte nécessairement la marque de son énonciateur parce qu’elle résulte d’une multitude de choix, plus ou moins conscients, qui président à sa formulation, lesquels dépendent en grande partie de l’image que la Dir Com se fait de son auditoire et de la manière dont elle espère que son information sera reçue.

Et la façon dont ils communiquent en dit long sur la façon dont ils nous considèrent…

Or, on sait que la notion de communication, au-delà de la situation de partage et d’échange qu’elle désigne originellement, est employée pour designer ce qu’on appelait naguère la propagande qui désigne littéralement « ce qu’il faut faire connaître à un maximum de gens ». De la famille lexicale du verbe propager.

Si propagande a dû être remplacé par communication, c’est que le mot était devenu dépréciatif, synonyme de manipulation. C’est le sort qui est en train d’échoir à « communication »

La Dir Com possède sa façon bien à elle de dire, de ne pas dire, de mal dire, de faire dire, de parler, de faire ou de laisser parler.

Les scribouillards de la Dir Com ont depuis longtemps oubliés le goût du français et sa façon de bien l’utiliser.

« La langue Française, notre mère et le merveilleux outil d’exercice de notre intelligence et de découverte des humanités ». Victor Hugo.

 Au lieu de donner a entendre une belle langue, ou du moins une langue correcte, ils entretiennent cette dégénérescence générale, voire y contribuent, en répandant des fautes de français qui vont parfois jusqu’à la perte du sens.

Et que dire de ce sabir mondialiste à base de Globish qui infecte leurs communications ?

Petit florilège.

  • le 27 Octobre 2016 : « un time-to-market trop long.. ».
  • le 12 Octobre 2016 : « SELLsecure Global (scoring positif des transactions sur internet..), SELLsecure ID (sécurisation du Click & Collect…) qui se terminent par un SELLsecure Review. On voudrait vraiment pas le croiser dans la rue, leur système de Click & Collect….
  • Le 05 Juin 2013 : « Auchan signe le Fire & Building Safety Agreement » Les 1 147 victimes et leurs familles du Rana Plaza à Dacca au Bangladesh apprécieront…

Le Système Auchan : un tableau à la Jérôme Bosch

La Dir Com compose et met en scène un monde qui n’existe que dans nos pires cauchemars : un monde policé, numérisé, surveillé, contrôlé. Le meilleur des mondes ! Philippe Murray en son temps avait décrit ce qu’est l’horreur de ce monde où Ubu agite sa gidouille, qualifiée de mal-pensante, et s’obstine à faire semblant de conspirer contre le roi de Pologne pour que personne ne sache qu’il est devenu Tsar.

On peut aussi y voir une sorte de tableau de Jérôme Bosch modernisé, bouffon, sinistre à souhait et en mouvement perpétuel. Ce ne sont que kermesses de diables en 3D et puces savantes qui jouent de la cybertrompette.

La faune est en bitume, la flore en inox et les silhouettes humaines en cours de numérisation ; mais tout cela peut permuter d’un instant à l’autre, et les rôles peuvent s’échanger, car il s’agit, répétons-le, d’aller de l’avant et de s’extraire de tous sentiments défaitistes, à commencer par notre positionnement de loosers sur le marché français.

On voit rire, au fond d’un coquillage, un catoplébas cornu et connectif. Tandis que s’accouplent sous une tondeuse à gazon des amants RTTifiés aux têtes en forme d’étoiles de mer. Coiffé d’un potiron et juché au sommet d’un amphithéâtre romain, un clone occupe la chaire d’auto-congratulation : « 2016 est pour Auchan Holding une année de refondation….. et les résultats sont, pour nous, encourageants ».

Quelqu’un s’éloigne, son Compte d’exploitation « cumul 6 » accroché dans le dos en guise de poisson d’Avril, vers un rivage où se prépare une invasion de truites géantes.

Deux internautes sortent d’un œuf surmonté d’un chapeau haut de forme. La terre est bleue comme une orange. Dans les lointains, brûlent des libellules et des gibets.

Aux commandes d’une grue, un malabar en combinaison de plongée s’emploie à bétonner l’interdit de rire. L’Hydre du comique n’arrête pas de repousser.

Cinq soldats du Califat demandent à la famille Fenouillard le chemin du Triangle des Bermudes.

Installés dans un tonneau-jacuzzi, plusieurs minotaures dactylographes rédigent un appel à la mobilisation des troupes du Système Auchan. Ils hésitent entre les mots « motivation », « engagement »« transparence » pour définir les idées reçues que véhiculent les Bibles Auchan.

Le Sapeur Camembert leur propose « clowns » et « bouffons »

Sur la Nef des Fous, on aperçoit le Père Noël, Casimir, le Petit Chaperon Rouge et quelques ouroboros. Ils sont en train de définir une « nouvelle vision stratégique » destinée à renforcer notre foi dans la mondialisation heureuse. Ce train de Grande Politique passe à grande vitesse, salué par un tricératops aux yeux tendres, de la famille des cératopsidés, debout à la proue du Bateau Ivre.

Un troupeau de scarabées se consume à feu doux sur les ordinateurs du Docteur Mabuse. En file indienne, des Idiots-Utiles sortent tout nus de la forêt en chantant des psaumes à la gloire des Princes qui nous gouvernent. Et la fée Carabosse, chevauchant son balai de sorcière, fait des loopings dans les airs en lançant sur le pauvre monde des P’tits choux Pop (0,95€ pièce) aux cris de : « vibrons pour le désir… vibrons ! ».

Lentement, d’entre deux rochers, une grande oreille rose émerge. Un air d’innocence effroyable baigne le paysage…

On n’aimerait vraiment pas. Mais on y est. On y est !

La preuve ? Alors que Auchan est soupçonné d’être impliqué dans une lourde affaire de corruption en Ukraine, la Dir Com n’hésite pas à communiquer le 02 Novembre 2016. Ukraine : Auchan Retail récompensé pour son engagement RSE ! Un véritable « parc d’abstractions » qu’on vous dit…. Ils ont même obtenus un « certificat de responsabilité sociale… », pour leurs bonnes œuvres. Un peu comme l’Eglise Catholique qui distribuait les indulgences pour prix de pardon des péchés.

Qui sont-ils, les gens de la Dir Com ?

Ce ne sont pas des personnes, c’est un caractère global, au sens que Théophraste et La Bruyère ont donné à ce terme : un type humain identifiable par un certain nombre de traits permanents qui constituent des invariants repérables ; un archétype.

Le communicant de la Dir Com peut bien changer de voix, il a toujours le même ton, le même accent, il emploie toujours les mêmes mots, il construit son discours sur les mêmes sous-entendus ; il n’a pas de visage, pas de vêtement, pas ou peu de personnalité.

Il est la voix de son maître qui s’efface totalement derrière le message dicté par les Princes qui nous gouvernent.

Il est le visage unique d’une réalité insaisissable. Abréviation de l’anglais mass-média, il est en fait, à l’origine, le pluriel du latin medium, lequel s’est, quant à lui, spécialisé dans un autre emploi en français : un médium est un voyant !

 Où on voit le caractère religieux des communications de Auchan Retail. Pourvu que la réalité se conforme à nos rêves….

Obligation de schtroumpfer

« La vie austère, la vie Auchan ». « La vie, la vraie ». « La vie Auchan, elle change la vie ». « Vivons mieux, vivons moins cher ». « Et vous la vie, vous l’aimez comment ? ».

Ces slogans invraisemblables permettent de faire défiler côte à côte des gens (nous les gueux, les sans-dents) en donnant l’illusion de l’unité.

Ce sont des slogans-schtroumpf. « Schtroumpfons tous ensemble. Oui, Schtroumpfons ! »

Sauf que le verbe schtroumpfer n’a pas le même sens pour tous les Schtroumpfs en présence. Donc personne ne sait ce que signifient « les valeurs d’Auchan… ».

Et au sein du Système Auchan, il devient ignominieux de ne pas chanter les louanges des Princes qui nous gouvernent. Quelle que soit ses motivations, celui qui ne chante pas tombe sous le coup d’une condamnation.

Il ne veut pas schtroumpfer avec les autres.

Dans un ouvrage paru en 2011 et intitulé le petit livre bleu, Antoine Buéno montrait que la société des schtroumpfs constitue un « archétype d’utopie totalitaire ». Comme un journaliste lui faisait remarquer que les petits hommes bleus n’ont pas l’air opprimés ni malheureux, il répondait qu’ « on peut vivre pas trop mal dans une société non-démocratique ».

http://lci.tf1.fr/culture/livres/la-societe-des-schtroumpfs-monde-merveilleux-ou-totalitarisme-6508917.html

Une société non-démocratique où l’on ne vit pas trop mal : cela ne vous rappelle rien ?

Conclusion : encore plus de plus

C’est une attitude devenue désormais familière chez les Mulliez. A chaque nouvelle plus désastreuse que la précédente, les Maîtres du Monde affirment sans relâche qu’il faut poursuivre, avancer, accélérer… Il n’est question que de continuer ! L’analyse, l’autocritique est une attitude inconnue chez Auchan.

D’abord, ils s’indignent secrètement de se voir ainsi contestés par le marché avec tant de désinvolture, ignorant leurs géniales stratégies à hauts-potentiels. Puis, après avoir fait semblant de se mettre à l’écoute des clients et des salariés, ils décident que leur différend passager avec ces empêcheurs de tourner en rond n’est dû qu’à un déficit de communication.

Et que si le marché et les salariés se sont si mal conduits, c’est que l’on est pas encore allés assez loin dans un certain nombre de domaines, ou que l’on a pas encore assez soigné à fond les maux dont nous souffrons et qui nous amènent à les regarder avec beaucoup de compassion…

Ils en arrivent donc rapidement à la conclusion qu’il faut accélérer le train des réformes (la Nouvelle Gouvernance…) et des modernisations. Qu’il faut plus de tout. Encore plus. Et encore plus de plus…

Plus de mobilisations des équipes, plus de remodelings, plus de nouveautés (P’tit choux Pop : 0,95 € pièce), plus de réductions d’effectifs, plus d’oppression des équipes, plus d’optimisation fiscale, plus de discours de nos Dirigeants sur la couleur du cheval blanc d’Henri IV, l’âge des nains de jardin et la vitesse de croisière, dans le ciel, des merveilleux nuages…

Plus de quoi encore ? On n’en finit pas. Le chantier est vaste. La friche est illimitée, l’avenir est à nous et l’exaltation est exaltante.

Et la Direction de la Communication Auchan est ainsi devenue comme la Pravda (en russe « Vérité »), l’organe officiel de nos Dirigeants. Fondée le 05 mai 1912 à Saint-Pétersbourg, la Pravda est à l’origine un journal de travailleurs. Très vite, il devient impossible de déceler la vérité dans le journal parmi les articles de désinformation et de propagande.

De nombreux lecteurs deviennent experts dans l’art de deviner la vérité. La formulation des articles est un indice important pour comprendre le message. Les nouvelles les plus importantes sont souvent mentionnées brièvement et placées dans des rubriques obscures. Les pages du verso contiennent souvent des informations plus avérées que les pages du recto. A la place d’une mauvaise nouvelle pour l’URSS, le journal parle d’une série de désastres similaires dans d’autres pays.

Où l’on voit que la mission de la Dir Com Auchan est de contribuer activement à la destruction du langage et à la fabrication du consentement. Et en cela, nous la nommons : PravdaLand !

 La guerre, c’est la paix

 

La liberté, c’est l’esclavage

 

L’ignorance, c’est la force

 

 

                                                                                                                     George Orwell. 1984

 

 

FORCE OUVRIÈRE LIBRE INDÉPENDANT DÉTERMINÉ

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

 

News : de quoi les élections Américaines et le Brexit sont-elles le nom ?

De la séparation croissante entre les classes supérieures et le peuple ! Charles Murray a publié en 2012 un ouvrage qui a fait grand bruit : « Coming Apart ».

Il étudie la « Hupper Class », les 1% très riches qui ont profités à plein de la mondialisation. Pour Murray, les classes supérieures vivent désormais dans une bulle qui les distingue radicalement du reste de la population. Pour preuve, ce saisissant questionnaire « how thick is your bubble » (quelle est l’épaisseur de votre bulle ?) comprenant des questions aussi diverses qu’ « Avez-vous déjà exercé un métier physiquement pénible ? » « Avez-vous acheté des produits Avon ? », « Avez-vous déjà pris le bus sur une longue distance ? » En fait, les réponses à ces questions en disent long sur le milieu social de celui qui les formule…

L’élite d’aujourd’hui est centrée sur elle-même, davantage obsédée par l’inscription de ses enfants dans les meilleures écoles de Lille ou de Paris que par les conditions d’existence de ceux qui les font vivre.

La « périphérisation » du peuple, sa « désaffiliation » et le mépris dont il fait l’objet de la part de toutes les élites, les puissants, les Princes qui nous gouvernent, ont provoqués en retour une très forte colère qui s’est exprimée comme on le sait lors de ces deux élections capitales.

Et les scrutins à venir sur le Continent Européen ne sont pas à l’abri de connaître l’expression de la même colère : celle des oubliés, des déclassés, des « invisibles ». Celle des gueux et des sans-dents qui comme nous n’en peuvent plus d’être humiliés, exploités, violentés….

L’Affaire de la manipulation des élections professionnelles par la Direction Générale Auchan depuis des décennies s’apparente aux révélations de WikiLeaks qui ont entraînées tant et tant de conséquences pour ceux qui privilégient le secret et la dissimulation…

 

A très bientôt ( peut être pour la reconnaissance de la galaxie)??

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet