Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

Pour l’édification de Iznogood et de quelques autres, par la même occasion …(MAJ)

Chers Camarades, chers Collègues.

A l’époque des Mille et une nuits, Haroun El-Poussah est le Calife bien-aimé de Bagdad, et Iznogood son dévoué Vizir. Iznogood a une idée fixe : « Devenir Calife à la place du Calife! ».

Iznogood est un concentré de ce qu’est devenu aujourd’hui le Capitalisme : cruel, méchant, égoïste, avare, colérique et hargneux. Il n’hésite pas à brandir la menace du Pal envers ceux qui pensent pouvoir lui désobéir ou qui osent lui porter la contradiction…

Homme de petite taille, il est la terreur de presque tout Bagdad qui le déteste.

Dans la collection « Pieds nickelés », nous avons déjà Cmoi et Onnousprendpourdescons. Iznogood vient de rejoindre cette belle brochette ! Nous aurions aimé pouvoir dialoguer avec Biencommun.org, Résistance.fr ou bien encore Solidarité.com, mais on fait avec ce qu’on a… Alors, comme pour ses compagnons d’infortune, nous allons essayer de donner à Iznogood matière à réflexion sur le sens de notre engagement Syndical et la façon dont nous entendons mener le combat contre cette abomination.

Accroche toi, cher Iznogood : tu vas pouvoir réviser tes fondamentaux. Ça envoi du pâté !

La fin programmée du Capitalisme

Le Capitalisme a été pendant des décennies largement accepté dans la population pour trois raisons : il favorisait la croissance, il élevait le niveau de vie moyen et, ce faisant, il permettait d’augmenter la consommation très au-delà du simple besoin matériel.

Le Système Auchan a longtemps surfé sur cette dynamique.

Ces trois modes de légitimation ont aujourd’hui disparu. La croissance stagne un peu partout, et nul ne sait comment la faire « revenir ». C’est Lawrence Henry Summers qui, après avoir présidé Harvard entre 2001 et 2006 et être Secrétaire au Trésor de Bill Clinton entre 1999 et 2001, a développé ce concept de « Stagnation séculaire » pour décrire une situation économique marquée par une longue période de faible ou de non-croissance économique.

C’est exactement la situation dans laquelle nous nous trouvons depuis la Grande Crise Financière de 2008.

Le pouvoir d’achat recule et les inégalités économiques (patrimoines et revenus) s’aggravent!

La consommation est en berne, tandis que les Etats, paralysés, n’ont plus les moyens de faire face aux Marchés et d’en corriger les effets.

Cette perte de légitimité se traduit par une dissociation du Capitalisme et de la Démocratie qui avaient été longtemps associés. Incapable de tenir plus longtemps sa promesse de progrès collectif, le Capitalisme se trouve de ce fait dans un état critique sans commune mesure avec les crises conjoncturelles qui l’ont affecté par le passé.

Jusque là, cher Iznogood, tu suis ? Poursuivons.

Le système Capitaliste est en crise depuis longtemps. Pour le masquer, il a d’abord eu recours au crédit, afin de maintenir la dynamique de surproduction et de surconsommation qui avait permis de réguler les contradictions du Capitalisme industriel à l’époque Fordiste. Tu connais les opérations à 1 Euros par exemple : du plastique, beaucoup de pollution et une qualité… Mais ce n’était qu’une façon de reporter les échéances.

L’économie réelle ne portant plus le système, celui-ci est devenu de plus en plus spéculatif et financier, non sous l’effet d’une « dérive » comme le croient beaucoup, mais tout simplement pour survivre : la financiarisation n’est qu’un dispositif de fuite en avant !

Mais cette façon de faire a elle-même atteint ses limites.

A l’endettement du secteur privé s’ajoute aujourd’hui une dette souveraine, étatique, qui a augmenté de manière exponentielle depuis vingt ans, et dont on sait parfaitement qu’en dépit des politiques d’austérité elle ne sera jamais payée.

Au total, l’endettement de tous les acteurs économiques dépasse maintenant les 200 000 Milliards de dollars (57 000 Milliards de plus qu’en 2007), soit 286 % du PIB mondial. Un chiffre jamais atteint. Voir statistiques de la Banque Mondiale.

Là, on te sent devenir nerveux, cher Iznogood. Toi qui rêvait d’un monde de Bisounours où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil… C’est loupé ! A la place, tu as « L’horreur économique ». Voir Viviane Forestier.

Vers un nouveau krach mondial

Faute de mieux, le système tente de gagner encore un peu de temps en faisant fonctionner à plein rendement la planche à billets, c’est-à-dire en fabriquant toujours plus de capital fictif.

Tu connais bien entendu cette définition du « Quantitative Easing » ou assouplissement quantitatif ce qui veut dire, en Français, que l’on fabrique à haute dose de la monnaie de singe…

Auparavant censées veiller à la simple gestion du système monétaire, les Banques Centrales (FED, BCE par ex), auxquelles les Etats ont abandonnées la politique économique, ont choisi de s’engager dans l’offre monétaire illimitée. Ces injections de liquidités massives, poussant à des placements spéculatifs plutôt que productifs, sécurisent artificiellement (et momentanément) les banques, mais ne font pas redémarrer l’économie.

Tu sais maintenant, cher Iznogood, pourquoi il n’y a plus de croissance en France. Comme d’ailleurs au sein de l’OCDE. Comment le Système Auchan fondé sur la consommation de masse débridée va-t-il s’en sortir ? Si tu as encore un peu de Valauchan, tu devrais peut-être regarder…

Et comme le progrès capitaliste a maintenant détruit tout ce qui pourrait le réguler ou le limiter, un nouveau krach mondial, beaucoup plus terrible qu’en 2008, se profile à l’horizon

La contradiction de fond incontournable du capitalisme

Selon le Directeur de l’Institut Max Plank, Wolfang Streck, le Capitalisme est déjà condamné, non pas sous le coup d’un événement prévisible, mais par « un processus continu de décomposition progressive prolongée, mais d’autant plus inexorable ».

« Pour que le Capitalisme prenne fin, ajoute-t-il , il doit assurer lui même sa propre destruction : c’est exactement ce à quoi nous assistons ».

 Les racines sont en fait plus profondes. Le système capitaliste est confronté à une contradiction de fond incontournable. Cette contradiction est celle qui tient à la baisse de la valeur des produits individuels comme conséquence inéluctable de la diminution du temps de travail moyen nécessaire pour la production d’une marchandise donnée, en raison des gains de productivité.

D’un côté, le capitalisme repose sur la transformation du travail vivant en travail abstrait, qui contient la valeur, et donc le profit, de l’autre il ne peut résister aux gains de productivité qui permettent de faire face à la concurrence.

 Remplacer le travail vivant par des machines assure un avantage immédiat sur le marché, mais affecte à la baisse la masse globale de valeur, tandis que les dépenses pour investir en technologies (qui ne créent pas de valeur) elles, augmentent.

Les gains de productivité font que le travail devient de plus en plus inutile, et que ceux qui effectuaient ce travail deviennent eux-mêmes superflus.

La diminution du temps de travail abstrait dans des procès de production de plus en plus robotisés entraîne une baisse de la valeur, et donc du profit.

Le capital voit ainsi sa source se tarir du fait même d’une dynamique endogène à laquelle il ne peut renoncer.

Tu saisis la logique à l’œuvre : les plans incessants de suppression d’emploi, la robotisation, la paupérisation des populations… et le fabuleux enrichissement des Princes qui nous gouvernent et qui s’organisent pour ne pas régler leurs dettes fiscales. C’est ce qu’ils nomment « Optimisation fiscale ».

Tu as entendu parler de Amazon ? La Cybernétique à l’état chimiquement pur ! La Grande Guerre Economique du XXI ème Siècle. Destruction massive d’emplois garantie.

Alors, cher Iznogood, est-ce que tu comprends ? C’est l’évidence même, c’est le principe de tout. Tu as cru utile de faire la morale en invoquant une forme de facilité de notre part à souligner les contradictions du Système Auchan. Et les scandales qui n’en finissent pas d’émailler leur descente aux enfers. Tu t’es simplement planté, cher ami. La mondialisation heureuse, ça n’existe pas !

Tu as sûrement entendu parler de ce nouveau scandale concernant Madame Neelie Kroes (voir article), ancienne Commissaire Européenne à la Concurrence, chargée à ce titre de surveiller le monde des affaires et qui pendant son mandat a été Directrice d’une Société Offshore aux Bahamas, au mépris total des règles Européennes. Sans parler du recrutement par Goldman Sachs (La Firme), Banque d’Affaires US à la réputation sulfureuse, de l’ancien Président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso ! (voir article).

Heureusement qu’en Démocratie, il existe encore des contre-pouvoirs.

Sais-tu que notre mission, notre raison d’être en tant que Syndicat représentatif, c’est justement de dénoncer ces turpitudes et de proposer des solutions alternatives au toujours plus de Cash pour le profit exclusif de cette Oligarchie. Si Auchan a pu être à un moment de son histoire une entreprise ouverte, dynamique et respectueuse des êtres humains, cette période est hélas bien loin derrière nous depuis que la Finance a pris le contrôle. Voir le Mégaprojet EuropaCity, par exemple…

Cependant, peut-être en y regardant de tout près, que t’as encore une chance de te faire un peu pardonner d’être comme ça tellement naïf, bisounours, incroyable…. C’est de faire bonne mine à toutes les peines, épreuves, misères et tortures de ta brève ou longue existence. Dans la parfaite humilité. La vie vache, n’est qu’une âpre épreuve ! T’essouffles pas ! Cherche pas midi à quatorze heures ! Sauve ton âme, c’est déjà joli. Peut-être qu’à la fin du calvaire, si t’es extrêmement régulier, un héros de fermer ton clapet, tu retrouveras l’enfant qui sommeille au fond de toi… Mais c’est même pas certain !

Terminons notre analyse, si tu le veux bien.

C’est pour enrayer cette tendance que le système marchand a si longtemps recouru à la spéculation et au crédit, mais il arrive au bout de ce qu’il pouvait en escompter, car l’argent lui-même n’a presque plus de valeur « réelle ». L’avènement de la Troisième Révolution Industrielle que nous vivons marque le moment où la limite interne de la production de valeur est en passe d’être atteinte. La valeur étant le seul but de la production capitaliste, et la marchandise ayant d’autant moins de « valeur » qu’elle contient moins de travail, le capitalisme se retrouve menacé d’une irréversible dévalorisation généralisée de la valeur qui va lui être fatale.

 

Iznogood voulait une négation sur-mesure du réel,

un arrangement avec l’impossible, un pacte avec le Diable.

Enivré de mensonges, il avait trop peur de dessoûler.

Et tous, les Pieds Nickelés, les Idiots Utiles hurlaient au comptoir,

habitués à ce que le patron remette ça.

Mais cette fois, c’était fini.

Vraiment.

La réserve était vide, il n’y avait plus une tune dans les caisses.

Ça faisait déjà un moment que le patron était raide et qu’il s’endettait.

FORCE OUVRIÈRE LIBRE INDÉPENDANT DÉTERMINÉ

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

1 Comment

Add a Comment
  1. La réponse est explicite, réelle et cinglante.
    Commenter sans savoir c’est comme parler sans réfléchir, bien souvent on se fait remettre à l’heure, comme ici.
    Iznogood et autres cmoi onnousprendpourdescons, baignent dans une secte mondiale ou le monde de oui-oui prédomine.
    Essayer de faire comprendre à des personnes qui ne veulent pas comprendre ou qui, plus probablement, ne comprennent pas, relève de la science fiction.
    Comme je dis toujours, d’un âne, il est impossible d’en faire un cheval de course …
    Heureusement que tous ne sont pas comme eux, la plupart réfléchissent avec leur cerveau … et non pas avec celui des autres.
    Ces personnes ne se sentent simplement pas concernés parce qu’elles ne sont pas encore touchés. .. qu’elles se rassurent, ça viendra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet