Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

Michel Houellebecq et les Hypermarchés.

Chers Camarades, Chers Collègues,

 

En 2011, Michel Houellebecq était l’invité du Mouv’, en direct d’un hypermarché Casino du 13 ème arrondissement de Paris. A l’époque, il venait signer La carte et le territoire qui eut le Prix Goncourt 2010. Voir article.

Grosse fatigue

Dans son dernier ouvrage, Soumission, Houellebecq fait ce triste constat : « Les hommes de Cro-Magnon chassaient le mammouth et le renne : ceux d’aujourd’hui avaient le choix entre un Auchan et un Leclerc ». Michel Houellebecq a fait entrer dans la littérature les classes moyennes urbaines, analysant avec une précision chirurgicale leur mode de vie déshumanisé, rythmé par les cérémonies commerciales, et montrant l’aliénation économique et sociale qui résulta de la libération des mœurs.

Houellebecq, comme Balzac, décrit un changement de monde. L’auteur d’illusions perdues dressait le tableau d’une France postrévolutionnaire marquée par la naissance du capitalisme, l’essor de la bourgeoisie, la révolte de la chouannerie et la disparition progressive des valeurs aristocratiques. Celui de La carte et le territoire fait le portrait de la France postmoderne bouleversée par la mondialisation, la révolution techno-scientifique et leurs corollaires : la désindustrialisation, la paupérisation des couches intermédiaires et la montée de l’islamisme.

 Emmanuel Carrère observe : « S’il y a quelqu’un aujourd’hui, dans la littérature mondiale et pas seulement française, qui pense l’espèce d’énorme mutation que nous sentons tous en cours sans avoir les moyens de l’analyser, c’est lui ».

Postmodern Melody

Son premier roman, Extension du domaine de la lutte, a souvent été lu comme une critique acerbe du libéralisme libertaire. C’est le cas. L’écrivain s’inspire du sociologue Michel Clouscard qui dans Le Capitalisme de la séduction (1981) puis Les Métamorphoses de la lutte des classes (1996), montre que la libération des mœurs est allée de pair avec l’aliénation économique et sociale de la classe moyenne.

Mais le premier roman de Michel Houellebecq, alors informaticien, est aussi une chronique de la troisième révolution industrielle. Paru en 1994, soit quatre ans après la naissance du Web mondial et au tout début de la Bulle Internet, il dépeint le milieu des cadres informatiques qui préfigure la société des années 2000. Houellebecq montre comment l’ère du numérique bouleverse aussi bien l’économie mondiale que les rapports humains. « La liberté n’était rien d’autre que la possibilité d’établir des interconnexions variées », explique un personnage.

Or, Houellebecq montre que loin de rapprocher les hommes, le réseau les isole, crée entre eux des barrières invisibles. L’homme connecté est un homme enchaîné. L’Homo informaticus est condamné à la misère spirituelle et sexuelle.

Le narrateur et anti-héros d’Extension du domaine de la lutte baigne ainsi dans la solitude et le nihilisme « Je n’aime pas ce monde, la société dans laquelle je vis me dégoûte ; la publicité m’écoeure, l’informatique me fait vomir. »

Dans ses livres suivants, notamment Les Particules élémentaires (1998), et La Possibilité d’une île (2005), Houellebecq trace le même sillon. Bien avant les débats sur la PMA et la GPA, l ‘auteur imagine un monde où les progrès de la science ont conduit à briser le lien entre reproduction humaine et sexualité.

L’homme occidental, plongé dans un néant existentiel, n’est plus qu’un atome, une particule élémentaire…

La Carte et le Territoire, prix Goncourt 2010, marque une rupture dans l’oeuvre de Houellebecq. Les évolutions techniques laissent la place aux bouleversements géographiques liés à la mondialisation. L’écrivain décrit une France des parkings et des chambres d’hôtes, une France désindustrialisée et muséifiée où les usines et les commerces de proximité ont laissé place aux Hypermarchés et à leurs galeries commerciales. Où 80 % des cafés ont disparus et où les métiers traditionnels n’existent plus qu’à travers des tableaux dans des expositions.

Une Vision Pascalienne de la misère du monde

Michel Houellebecq, faisant le deuil d’une chrétienté à ses yeux à jamais défunte, semble nous dire que la partie est jouée et qu’elle est perdue sans espoir de retour. Son plus grand mérite tient à ce qu’il n’aura jamais cessé de faire affleurer, pourtant lointaines, inaccessibles, les valeurs éternelles auxquelles tendait son moi profond. Le « Royaume perdu » d’une enfance que n’aurait pas saccagée l’égoïsme féroce de ceux qui lui ont tenus lieu de parents ; la figure volatile et tendre d’une femme rendue à sa vocation de mère, de jeune fille, d’épouse, d’amante ; la nostalgie d’une société fondée sur la confiance, le lien féodal d’homme à homme ; la beauté de l’accomplissement par le don ; le désir d’un Dieu transcendant qui viendrait ordonner le chaos, donner aux plus tristes de nos vies un sens.

Le Monde que les Mulliez ont quittés…

La dogmaticité moderne, dans la variété de ses formes, est si étroitement liée à

l’exaltation du phénomène industriel et aux bouleversements introduits

par les nouveautés gestionnaires dans le gouvernement des sociétés, qu’il est

nécessaire, un instant, de tourner autour du thème imposant de notre époque :

L’ORGANISATION

                                                                                                                               Pierre Legendre

                                                                                                          Leçon VII. Le désir politique de Dieu

 

FORCE OUVRIÈRE LIBRE INDÉPENDANT DÉTERMINÉ

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

  • FO Auchan le Pontet et Vaucluse les lanceurs d’alertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet