Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

Manifestation en Avignon ! FO

Chers Camarades et Collègues,

 

Un petit diaporama photo de cette manifestation ! Ainsi que le discours de notre secrétaire d’UD84.

 

Prise de parole FO

Déclaration de l’UDFO Vaucluse 18 mars 2014

Jean Luc Bonnal

Chers camarades, chers amis, je m’exprime au nom de l’Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Vaucluse.

Une fois de plus, nous voici réunis, salariés, retraités, demandeurs d’emploi, pour dire NON à l’austérité sous toutes ses formes.

Accorder de nouvelles exonérations de cotisations sociales patronales, geler les salaires dans le public et n’accorder aucun coup de pouce au Smic, annoncer 50 milliards de réduction des dépenses publiques et sociales sur trois ans, miser en permanence sur la baisse du coût du travail, cela porte un nom : l’austérité économique et sociale.

C’est la politique mise en œuvre par le gouvernement en grande partie à la demande du patronat et dans le cadre du carcan du pacte budgétaire européen qu’il a avalisé.

Comment accepter que pour le patronat ce soit guichet ouvert avec de nouvelles exonérations, sans contreparties une fois de plus, annoncées au travers du pacte intitulé cyniquement « de responsabilité »?

Comment accepter que dans le même temps pour financer tous ces cadeaux au patronat, ce soit blocages des salaires, non revalorisation des pensions, remise en cause des services publics et de notre système de protection sociale tant dans sa branche famille, maladie que vieillesse ?

Le deux poids, deux mesures… ça suffit !

Une autre politique est possible avec une priorité aux salaires et à l’emploi, avec la préservation de notre système de protection sociale et des services publics républicains.

La relance de la croissance passe par la consommation : augmenter les salaires, c’est aussi créer de l’emploi. C’est une nécessité économique et sociale pour retrouver une croissance forte. Ceci suppose de traiter les problèmes de compétitivité en cessant de stigmatiser dogmatiquement le coût du travail.

Pour l’emploi, cela passe par l’abrogation de la loi dite de sécurisation de l’emploi du 24 juin 2013 qui ne sécurise que les employeurs, et par la nécessité de limiter la part des bénéfices allant aux actionnaires au détriment des investissements et des créations d’emploi qui en découlent.

Dans la situation actuelle, il est plus que jamais nécessaire également de préserver les services publics républicains indispensables à la cohésion sociale, alors que c’est tout le contraire qui se fait au travers de la Révision Générale des Politiques Publiques, de la Modernisation de l’Action Publique ou encore de la Réforme Territoriale de l’État.

De même défendre la Sécurité Sociale est une impérieuse nécessité, car c’est aussi défendre la République Sociale, car sans solidarité, il n’y a ni liberté, ni égalité.

On ne peut accepter que la crise serve de prétexte pour répondre aux revendications idéologiques et aux exigences de libéralisme économique du patronat, et menace ainsi notre Sécurité Sociale.

Non, la Sécurité Sociale n’est pas une charge, non ce n’est pas une variable d’ajustement économique, non ce n’est pas un outil de réduction du coût du travail.

C’est pourtant de cela qu’il s’agit dans le pacte dit de responsabilité, qui devrait plutôt être qualifié de pacte de complaisance ou d’austérité.

Comment être d’accord avec le relevé de conclusion signé par 3 organisations syndicales, alors qu’il ne contient jamais le mot « salaire », jamais le mot « contrepartie » et aucun engagement chiffré de créations d’emplois ?

C’est un marché de dupes ! Un chèque en blanc sur le dos des assurés sociaux !

Que se passera t-il si les branches professionnelles n’arrivent pas à conclure, ou si les engagements pris ne sont pas tenus ? RIEN

Le texte parle t-il de conditionner les aides à la créations d’emplois ou de réversibilité de ces aides ? NON

Le patronat envisage t-il de se servir comme il l’entend des allègements de cotisations sociales, y compris pour la distribution de dividendes ? OUI

Pacte de responsabilité, emplois, salaires, protection sociale, services publics, à Force Ouvrière nous considérons que tout est lié.

Voilà pourquoi nous devons nous faire entendre ce 18 mars, car nous savons tous que la crise n’est pas terminée, et qu’elle ne peut pas se résoudre sur le dos des salariés, des demandeurs d’emplois et des retraités

Pour terminer, vous me permettrez d’avoir une pensée pour notre camarade Marc BLONDEL, décédé dimanche à l’âge de 75 ans. Secrétaire Général de la Confédération Générale du Travail FORCE OUVRIÈRE de 1989 à 2004, grand défenseur intransigeant de l’intérêt des salariés, très attaché à la liberté et à l’indépendance de notre organisation, il a su donner à nos militants la fierté de porter les couleurs de FORCE OUVRIÈRE.

Je vous remercie de votre attention.

1 Comment

Add a Comment
  1. 😉 😉 😉 FO le syndicat qu’ il vous faut 😉 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet