Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

Le Système Auchan selon William Shakespeare.

Chers Camarades, chers Collègues.

 Les fans de « Game of Thrones » savent-ils que leur série est largement inspirée par les pièces historiques du grand Will, où les Henri et les Richard se livraient des guerres sans merci pour le Trône ? D’ailleurs, l’hommage des auteurs à Shakespeare est tel que chaque épisode commence ainsi : « l’hiver vient » (winter is coming) en écho à « l’hiver du déplaisir » qui ouvre Richard III.

Pourquoi un tel intérêt, une telle fascination pour une œuvre torrentielle dont la fraîcheur originelle semble toujours venir de naître ?

C’est que le Divin Barde est le premier à avoir révélé que le monde est une scène et que « La vie n’est qu’une ombre errante, un pauvre acteur qui se pavane et s’agite une heure sur la scène et qu’ensuite on n’entend plus. C’est une histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien » (Macbeth, acte V, scène 5).

Les mots restent, le rythme, le souffle aussi. Ainsi le discours d’Henri V la veille de la bataille d’Azincourt le 25 Octobre 1415, fatale aux Français, continue à ravir nos cœurs « We few, we happy few, band of brothers… » : « Nous, les heureux, nous, bande de frères…. »

 N’est-ce pas ce que nous voulons tous entendre, ces paroles de fraternité au cœur d’un Système qui s’agite et se pavane ?

Aussi, à l’occasion du quatre centième anniversaire de sa mort, le 23 Avril 1616, nous autres Syndicat FO de Auchan le Pontet, avons embarqués à Marignane pour rejoindre Stratford-upon-Avon en Grande-Bretagne afin de nous recueillir sur le tombeau du Divin Barde.

Et c’est là que nous avons réalisés combien le grand Will peut nous aider à discerner ce qui se joue en ce moment, dans ce chaudron qu’est devenu Auchan et qui alterne comédie et tragédie.

Une pièce de Shakespeare, c’est le rire et les larmes qui s’entremêlent jusqu’à ne plus savoir se distinguer, c’est la folie et la foi, la violence et la prière, la fureur et l’espérance, le venin de la diabolique jalousie et « le lait de la tendresse humaine ».

C’est la merveille du jeu et l’atroce sanguinolence, c’est le précieux badinage et les torrents de fiel.

La puissance de Shakespeare enfin, c’est que ses rêves sont réels et sa réalité onirique, et qu’il ait su mieux que quiconque mettre en scène cette dualité qui fait que « nous sommes de la même étoffe dont sont faits nos songes ».

 Tout à notre recueillement au cœur de l’église de la Sainte-Trinité, le Divin Barde s’est manifesté à nous afin de nous apporter quelques réponses à ces problématiques que nous vous exposons depuis quelque temps. C’est à notre connaissance, la première interview jamais accordée par le grand dramaturge. Sur le Système Auchan, sa démesure, son arrogance et sa fragilité : Shakespeare dit tout !

Est-ce que nous nous trompons si nous disons que votre œuvre toute entière est un éloge de la responsabilité et une réfutation de la culture de l’excuse ? Comme vous le savez, le Système Auchan n’est jamais responsable de rien, toujours l’innocente victime d’une conjoncture maléfique.

Quant notre fortune est malade, souvent par suite des excès de notre propre conduite, nous faisons responsable de nos désastres le ciel, la lune et les étoiles : comme si nous étions scélérats par nécessité, imbéciles par compulsion céleste, fourbes, voleurs et traîtres par la prédominance des sphères, et coupables de tout par violence divine ! Admirable subterfuge de l’homme putassier : mettre ses instincts de boucs à la charge des étoiles !

Vous décrivez des hommes tourmentés par des passions contraires…

Deux reines ennemies sont sans cesse en lutte, dans l’homme comme dans la plante : la grâce et la volonté rebelle. Et là où cette dernière prédomine ; le ver de la mort a bien vite dévoré la créature. La vie n’est qu’une ombre qui passe, un pauvre acteur qui parade et s’agite pendant son temps sur scène et puis qu’on entend plus.

C’est un conte dit par un idiot, plein de fureur et de bruit, qui ne signifie rien.

On dit que vous ne croyez pas à la réussite du rapprochement avec Système U ?

Cet auguste Trône des Rois, cette terre de majesté, cet autre Eden, ce demi-paradis, cette forteresse bâtie jadis sur les Terres du Nord, cette heureuse race d’hommes qui ont ferraillés pour bâtir une Méga-organisation, cet empire est maintenant affermé (je meurs en le déclarant), réduit à se trouver des alliances contre nature dont la seule finalité va être de précipiter la chute du Système.

Cet empire qui avait pour coutume d’asservir les autres a consommé honteusement sa propre servitude ! Ne déshonorez pas vos mères : attestez à cette heure que ceux que vous dites vos pères vous ont bien conçus !

Un mot pour conclure sur notre Directeur qui semble un petit peu désenchanté.

Il sent à présent son titre flotter sur ses épaules, telle la tunique d’un géant dérobée par un nain.

 

*

*                      *

 

La majeure partie de l’histoire humaine est constituée d’époques marquées par des croyances primitives et magiques. La violence et la barbarie furent la norme, la civilisation l’exception. La période qui suivit le défaut peut-être en quelque sorte qualifiée de simple retour à la normale.

 

 FORCE OUVRIÈRE LIBRE INDÉPENDANT DÉTERMINÉ

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet