Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

Le Conseil d’État oppose une fin de non-recevoir à Auchan, pour le déménagement de son hyper à Marly

Le Conseil d’État oppose une fin de non-recevoir à Auchan, pour le déménagement de son hyper à Marly.

Sur les deux fers qu’Auchan avait au feu, dans l’espoir de déménager son hyper valenciennois vers Marly (et de l’agrandir au passage), l’un vient de s’éteindre définitivement.
Le Conseil d’État vient en effet de rejeter la requête déposée par la grande enseigne nordiste visant à annuler la décision de la CNAC (commission nationale d’aménagement commercial) qui avait retoqué son projet en octobre 2012.
Ce dossier qui prévoyait la création d’un nouvel ensemble commercial sur 13 370 m2 sur la zone des Dix-Muids, à Marly, était contesté par de nombreuses associations de commerçants, au premier rang desquelles on retrouve la FTIAVAL (Fédération des travailleurs indépendants de l’arrondissement de Valenciennes et des arrondissements limitrophes) et l’UCAM (Union du commerce et de l’artisanat de Marly), mais aussi des élus et la chambre de commerce et d’industrie du Grand Hainaut.
Pour tenter de revenir dans le match, Auchan avait relevé des problèmes « d’incompétence de signatures au niveau ministériel » et de « délibérations non valables de la CNAC ». Durant l’audience publique, le 21novembre, ces arguments n’avaient pas convaincu le rapporteur public qui avait demandé le rejet de la requête. Il a été suivi, jeudi, par les magistrats du Conseil d’État qui ont estimé que « la CNAC n’avait pas fait une inexacte application des dispositifs du code du commerce ». Surtout, la plus haute juridiction administrative française a pointé le risque d’« une augmentation importante du flux des véhicules sans qu’aucun engagement officiel n’assure la réalisation d’une desserte ». Et dénoncé « l’importance du parc de stationnement qui implique une grande imperméabilisation des sols ». Elle a enfin émis des doutes sérieux sur la restructuration de la friche commerciale que laisserait Auchan en lisière du quartier de la Briquette, à Valenciennes, en déménageant.
Un argument auquel le maire de la ville centre, Laurent Degallaix, n’est pas insensible. Le 28 novembre, il s’était déplacé à Lille, à la CDAC, pour voter contre l’implantation d’un hypermarché Leclerc (sur 3 500 m2) avenue Macarez. Jeudi, il dira « non » de la même manière à Auchan, qui viendra présenter la deuxième mouture de son projet, revue et corrigée. Minoritaire, il défend aussi cette position au nom de la défense du commerce de centre-ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet