Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

La corruption : un crime qui affaiblit les démocraties, partie II.

Chers Camarades, chers Collègues,                    

Au XIème siècle, déjà, des moines que l’on peut rattacher aux Bénédictins avaient crée leur ordre et leur monastère en Toscane avec un objectif principal : lutter contre la corruption et en protéger les paysans pauvres de la région. Le phénomène n’est donc pas récent.

Aujourd’hui, la démocratie française est malade. Il existe entre les gouvernants et les citoyens une crise de confiance inédite dans son intensité et sa gravité. La corruption n’est évidemment pas la seule explication de ce qui s’apparente à une crise du Contrat Social, mais elle joue un rôle significatif.

Parmi l’ensemble des comportements devenus odieux aux yeux des citoyens (ceux de la place par rapport à ceux du balcon), se trouve cette question de l’optimisation fiscale qu’utilisent sans vergogne les oligarchies de toutes natures.

C’est une question extrêmement grave qui conditionne l’existence même des systèmes politiques démocratiques. Les gens ne supportent plus cette comédie qui consiste à exiger toujours plus de sacrifices des salariés pendant que les riches multiplient les agissements aux fins d’échapper à leur juste contribution fiscale….

 L’Union Européenne estime le manque à gagner pour l’ensemble des pays de l’Union entre 2 et 2,5 % du PIB, soit 980 Milliards d’Euros par an !

Le 12 Avril 2013, Herman Van Rompuy, Président du Conseil Européen, explique que l’évasion fiscale prive les Etats membres de 1 000 Milliards d’Euros de recettes par an (Voir article). « L’évasion fiscale est une injustice pour les citoyens qui travaillent dur et paient leur part d’impôts pour contribuer au fonctionnement de la société ».

 L’évasion fiscale est synonyme d’évitement licite de l’impôt. L’Administration Fiscale en France évalue la perte entre 60 et 80 Milliards d’Euros par an soit en gros 3% du PIB !

On imagine facilement les investissements publics qui pourraient être réalisés dans les hôpitaux, les écoles, les infrastructures avec ces sommes colossales, sans parler de la réduction de la dette !

Le Parisien, dans un article du 13 Septembre 2014, évalue à 17 Milliards d’Euros les avoirs Français en Belgique. La raison est toute simple : la fiscalité belge à une faible taxation sur le capital.

Ces pratiques ne sont pas illégales puisque les Cabinets d’Avocats Fiscalistes utilisent la concurrence fiscale entre les Etats au profit de leurs clients, mais posent pour le moins tout un ensemble de questions sur la légitimité de ces agissements.

En effet, ces exilés fiscaux profitent de tous les avantages des infrastructures françaises pour faire leurs affaires, mais refusent de participer à hauteur de leurs facultés contributives à la dépense publique qui fait de notre pays un territoire attractif pour les investissements : moyens de communication, système de santé, système éducatif, qualité de la main d’œuvre….

Face au scandale des Panama Papers, l’Union Européenne vient de présenter un nouveau plan pour obliger les multinationales à la transparence fiscale. Le Commissaire Européen à la Stabilité Financière, le Britannique Jonathan Hill, affirme sa détermination pour que « les impôts soient payés là où les profits sont générés ». Voir dépêche AFP du 12 Avril 2016.

Face à la révolte qui gronde partout dans la société Française, le gouvernement vient de détailler lors d’une conférence de presse le 30 Mars 2016 (Voir dépêche AFP), le Dispositif Anti-Corruption dit Loi Sapin II sur la transparence de la vie économique.

L’objectif est de « rompre le cercle de la défiance entre les citoyens et les acteurs publics ou privés ».

 Nous avons déjà maintes-fois soulignés les ravages causés au sein du Système Auchan par cette perte de confiance qui s’est installée et qui rend inaudible toute déclaration de la ligne managériale.

Nul doute que le statut protecteur pour les « lanceurs d’alerte » va considérablement nous faciliter la tâche afin de porter à la connaissance du public les agissements du Système à son unique profit. Cette question centrale de la manipulation du CCE est un véritable poison pour la Direction Générale Auchan qui rend illégitime « de facto » toute tentative de se présenter comme les représentants du Bien.

Les manœuvres dérisoires de la Direction du Pontet face à notre combat pour la préservation de la santé des salariés (travail de nuit illicite) en dit long sur la capacité qu’ont ces gens-là à pratiquer le déni ! Comme à l’accoutumée, ils essayent de nous dresser les uns contre les autres sans jamais poser la seule question qui vaille : celle de l’organisation du travail qui doit respecter la législation sur la protection de la santé des travailleurs.

Notre Directeur, un peu fatigué et désillusionné, embouche les trompes de la victimisation. A qui va-t-il essayer de faire croire qu’il est l’innocente victime d’une conjoncture maléfique ?

On peut comprendre qu’il réalise maintenant combien est vaine toute une vie professionnelle consacrée à l’enrichissement des Mulliez ! Et combien de couleuvres il lui a fallu avaler depuis tant d’années afin de justifier l’injustifiable ! Mais ce Monsieur devrait savoir qu’il existe un principe fondamental hérité du Droit Romain (c’était bien avant l’AFM) : « Nemo auditur propriam turpitudem allegans », nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude.

Plutôt que d’être obnubilé par ses reportings tous plus désastreux les uns les autres, il ferait mieux de se procurer le dernier ouvrage du Sociologue Jean-Pierre le Goff, « Malaise dans la démocratie » et il comprendra ô combien lui et ses collègues sont devenus inaudibles aux jeunes générations.

Les salariés d’Auchan se sont trouvés confrontés à des « spécialistes » (les Toyotistes) chargés d’analyser leur activité, de redéfinir les « métiers », de développer de « nouvelles compétences » alors que, dans la plupart des cas, ceux-ci n’ont jamais exercé l’activité qu’ils évaluent et que leurs qualifications à eux sont des plus floues, basées souvent sur un jargon et de multiples « boîtes à outils », bricolage pseudo-savant qu’affectionne tout particulièrement la DRH qui puise dans la pédagogie, le management et les sciences humaines ses arguments d’autorité. Cette sous-culture managériale a heurté de plein fouet toute une culture professionnelle pour qui la reconnaissance des capacités de chacun se mesure à l’aune du travail effectué.

Elle a pareillement perverti les rapports avec l’encadrement, qui subit la logomachie de ces « spécialistes » auto-proclamés et apprend à la reproduire à travers les stages de formation. Qui dira assez les ravages causés par cette sous-culture managériale infusée dans les cerveaux de l’encadrement par les Grands-Messes du CRECI et autres supplétifs du Système ?

On bâtit des organisations dont la finalité est de faire suer le burnous, en toute illégalité (voir deux décisions judiciaires) et après, on essaye désespérément de faire porter le chapeau à la seule organisation syndicale qui a dénoncé ce scandale !

Quel aveu d’impuissance et surtout, quel cynisme alors que ces gens-là devraient disparaître sous terre lorsque l’on fait le bilan de tant d’incompétences qui nous ont conduits là où nous sommes !

 Les régressions de chiffres, l’effondrement du cash, la quasi disparition de tous les systèmes de prime, les milliers de suppression d’emploi, c’est FO Le Pontet qui est responsable ? Quelle honte !

 

 Nous n’avons pas vocation à porter des culpabilités qui ne nous appartiennent pas !

Résumons :

Acte 1. Confronté à l’obsolescence de son modèle économique, Auchan France afin de réduire les coûts met en place le programme « Compétitivité ». Suppression de milliers d’emplois ces dernières années et dégradation accélérée des conditions de travail.

Acte 2. Le Législateur afin de protéger la santé des travailleurs, encadre strictement le travail de nuit en le déclarant exceptionnel. Celui-ci doit prendre en compte les impératifs de protection de la sécurité et de la santé des travailleurs. Il doit être justifié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité économique ou des services d’utilité sociale.

Les organisations Auchan ne rentrent bien évidemment pas dans cette définition.

Acte 3.   Nous dénonçons ce scandale et devant le silence et le mépris de la Direction, nous saisissons la Justice. Deux décisions interdisent le travail de nuit et condamnent Auchan à une astreinte pour chaque infraction constatée.

Alors, Monsieur le Directeur de Auchan Le Pontet, vous pensez toujours pouvoir vous dispenser du respect de la législation et ignorer les décisions de Justice de la République Française ?

Manifestement, vous avez fait évoluer votre position. Mais de grâce, apprenez à faire preuve d’un peu de courage et de capacité à faire face à vos responsabilités. C’est pas très glorieux pour vous d’essayer d’étaler comme vous le faites la confiture.

C’est vous et vous seul qui avez crée cette situation. Et ce ne sont pas vos larmes de crocodiles ainsi que vos gémissements qui vont changer quoi que ce soit. Il arrive un moment où la communication et les habiletés sémantiques ne parviennent plus à cacher la misère.

 

Ce qu’il y a de dur, c’est l’aplomb de ces braves gens là, leur sécurité dans la bêtise ! Ils sont bruissants à la manière des grosses caisses dont ils se servent : leur sonorité vient de leur viduité !

FORCE OUVRIÈRE LIBRE INDÉPENDANT DÉTERMINÉ

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet