Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

De quoi le travail du Dimanche est-il le nom ?

Chers Camarades, chers Collègues,

 

« Le temps du repos, surtout le Dimanche, existe pour que nous puissions jouir de ce qui ne s’achète et ne se vend pas », disait le Pape François en 2015.

Car au-delà de la liberté du culte, c’est une culture du sacré – au sens où elle n’est pas négociable-qu’il s’agit de défendre contre les dérégulateurs de tous poils.

Le 3 Juillet 321, le Dimanche est décrété jour de repos légal dans l’Empire Romain par Constantin. « Au jour vénérable du soleil, que les magistrats et les habitants se reposent et que tous les ateliers soient fermés ! ».

L’Empereur, dans un souci somme toute œcuménique, conjugua le « Jour du Seigneur » chrétien et le jour du Dieu Solaire romain, institué par Néron.

Depuis la plus haute Antiquité, toutes les civilisations ont accordé, en plus du repos nocturne, un ou deux jours sans travail.

La Bible, à cet égard, est très claire, qui associe repos divin et repos humain : « Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Le Septième Jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes ». Exode, 20, 8-11.

 Au fil du temps, le Dimanche connut bien des vicissitudes, ses adversaires le considérant comme un jour parmi d’autres. Au XVIII ème siècle, les penseurs des Lumières y virent un encouragement à l’oisiveté : « Les élites considéraient le temps libre populaire comme un temps gaspillé dans les cabarets » explique Robert Beck, auteur de l’Histoire du Dimanche de 1700 à nos jours.

Mais c’est surtout à partir de la Révolution Française qu’on prétendit supprimer le Dies dominicus. Les « Décades » remplacent les « semaines » et le jour de repos ne s’appelle plus « Dimanche », mais « Décadi ».

Par la suite, au cours de la révolution industrielle, les forces patronales, dans la recherche du plus grand profit, firent travailler tous les jours les adultes et même les enfants à partir de 12 ans.

De fait, supprimé en 1792, rétabli en 1814, de nouveau aboli en 1880, le repos dominical fut souvent l’objet d’âpres luttes idéologiques.

Dans les années 1890, les employés des grands magasins manifestent avec le soutien de la CGT pour obtenir une demi-journée de repos hebdomadaire.

Et si le XX ème siècle s’ouvre avec sa reconnaissance – la loi du 13 Juillet 1906 décrète le Dimanche jour de repos obligatoire – il s’achève avec sa remise en cause.

En 1996, la Cour de Justice Européenne élimine la référence au Dimanche de la Directive prévoyant une période minimale de repos hebdomadaire de vingt-quatre heures.

Et en ce début du XXI ème siècle, de la Loi Maillé en 2009 à la Loi Macron en 2015, c’est au nom de « travailler plus pour gagner plus » que l’exception dominicale est peu à peu remise en question.

Métro, Boulot, Conso ?

Qu’on soit croyant ou pas, le Dimanche chômé appartient à notre mémoire collective.

Toutes les études de santé publique démontrent que nous avons besoin de ce temps de pause et de distraction des tâches quotidiennes pour conserver une bonne santé physique et morale et donc, joie de vivre et efficacité au travail.

Mais de cette évidence, les Princes qui nous gouvernent n’en ont cure ! Tout affairés qu’ils sont à enrichir encore plus nos amis les Belges, ils « innovent » en permanence afin de faire de notre vie un enfer. Toujours plus ! Encore plus de plus…

Le syndrome du Burn out manifeste souvent la colonisation du personnel par le professionnel.

Le Lobby de la Grande Distribution est dans les starting-blocks pour foncer à la conquête de la dernière part de marché qui lui échappe : celle du commerce de proximité et des marchés de plein vent. Voir cette édifiante vidéo des Artisans de la Métropole Lilloise…( a la fin de article).

Le Lobby de la Grande Distribution, comme d’habitude, annonce de merveilleuses créations d ‘emplois, alors que l’ouverture dominicale des commerces ne créeraient que des emplois précaires de quelques heures par semaine. Sans parler de la destruction massive d’emplois dans l’Artisanat.

On nous bassine les oreilles avec le manque de moyens des jeunes et des familles monoparentales et on nous promet une hausse du pouvoir d’achat, alors que le fait d’avoir un jour de plus pour faire ses courses ne donne pas un Euro supplémentaire à dépenser.

Et qui va supprimer des milliers d’emplois d’Hôtesses de caisse afin de tenter de limiter la casse produite par des politiques commerciales surréalistes ?

Toujours ce cynisme qui est devenu le marqueur du Système Auchan.

Nous FO Auchan Le Pontet, nous ne voulons pas qu’une exception, celle du dimanche travaillé, devienne la règle sous prétexte de compétitivité et de « service » aux clients. A force de justifier l’injustifiable, on finit par accepter l’inacceptable !

 Nous voulons du temps pour prendre soin des nôtres : de nos enfants comme de nos anciens, de nos amis comme de nos voisins. La Common Décency.

Nous ne voulons pas que notre vie se réduise à gagner de l’argent pour le dépenser dans la « Fièvre Acheteuse » soigneusement mise en scène par le Marketing.

 

La base de notre vie est ainsi transformée par la primauté de l’économie sur la dignité.

Il importe de ne pas nous laisser envahir par une végétation insensée qui produit de

monstrueux pédoncules que sont les tentacules par lesquelles l’économie étend partout

sa puissance.

Les discours des Princes qui nous gouvernent aux fins de justifier leurs agissements sont

une sorte de gigantesque forêt vierge du mensonge et de l’imposture qui étend ses

lianes inextricables au-dessus de l’humanité toute entière et qui nous empêche

de recevoir la plus petite parcelle de vrai soleil et de vraie lumière.

 Nous vivons sous cette lumière artificielle : nous nous en nourrissons. Elle

nous entoure de toutes parts comme si nous étions les habitants d’une ville souterraine.

 Métropolis.

 Le Système Auchan nous conditionne, fait de nous des esclaves.

Il nous fabrique des désirs qui nous affligent.

 Il nous impose des décors, il nous transforme de force en clients ou en prosélytes.

 Il entonne dans des millions et des millions de bouches l’eau fétide

du Grand Fleuve Vendre-Vendre-Vendre.

 Il nous vole notre vie et notre âme, même lorsqu’il feint de respecter notre liberté.

 Le Système Auchan est, sous toutes ses formes, un des agents les plus efficaces

de la dénaturation de l’homme.

 

FORCE OUVRIÈRE LIBRE INDÉPEDANT DÉTERMINÉ

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

  • FO Auchan le pontet les lanceurs d’alertes.

http://www.lepharedunkerquois.fr/dunkerquois/grande-synthe-auchan-renonce-a-ouvrir-le-dimanche-matin-ia684b0n195848

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet