Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

Auchan Retail : malaise dans le management. Partie I

Chers Camarades, Chers Collègues,

Depuis le début des années 2010, le management chez Auchan a perdu de sa superbe. Vilipendé par certains, contesté par beaucoup, il est critiqué par tous.

Pour faire face à la crise d’autorité qui mine le Système Auchan depuis que ses dirigeants ont choisis de mettre en scène la comédie du pouvoir plutôt que d’assurer le destin de l’entreprise, il a paru judicieux et habile pour les Princes de se conformer à la Doxa dominante qui est de remplacer le commandement par le management.

De quoi s’agit-il ?

La vague managériale est partie des Etats-Unis, sa patrie d’origine, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. La « Révolution managériale » est celle qui consiste à définir un nouveau style d’autorité par objectifs, par la qualité et par la performance, notamment financière.

Diriger des individus et non des collectivités, rechercher la rentabilité au nom de l’actionnaire, se défier de ses employés et les regarder comme des rats de laboratoire que l’on peut soumettre à des stimuli, voilà quelques-unes des ruptures inaugurées par cette révolution.

En quoi consiste ce modèle ? Comment et par qui a-t-il été élaboré ? Comment s’est-il diffusé ? Tel est l’objet de cette enquête au cœur de cette gigantesque manipulation nommée « Management ».

La caution scientifique du Management

 Si le commandement vient tout droit du vocabulaire militaire et de son commandement, le management descend du vieux français « mesnage ». Au Moyen Age, pour une femme, savoir tenir son foyer, faire la cuisine et maintenir son intérieur propre et coquet, cela s’appelait « mesnager », d’où vient l’anglais manager.

Le terme actuel de management possède une seconde origine, non moins éclairante. Le management vient du manège dans lequel on dresse les chevaux et où on apprend à les monter. Présentant quelque parenté avec le dressage, le management revêt un côté « Ferme des animaux ». Le commandement, lui, s’adressait à des êtres humains.

Le terme management possède une troisième origine. Dans la langue de Shakespeare, « to manage » signifie « finasser, s’arranger, négocier ou composer ». Le français « ménager » fait écho à cette racine d’outre-Manche. C’est ce qu’on appelle chez Auchan : « l’art de l’embrouille ».

Enfin, le management forme une branche de ce que l’Université appelle les « sciences de gestion », lesquelles étudient les techniques, les outils et les méthodes ayant trait à l’organisation et à l’optimisation de la production en entreprise. En ce sens, le « management » est science de l’aménagement, de l’organisation en vue de tâches à accomplir. Manager signifie alors « conduire une organisation », la diriger, planifier son développement, la contrôler et ce, dans ses domaines les plus intimes.

Le commandement est un art. Le management est une science.

 Le commandement est fondé sur le caractère des chefs. Le management repose sur de nombreux savoirs et techniques.

Charles de Gaulle consacre un chapitre de son ouvrage « Le fil de l’épée » au caractère. C’est dans l’Histoire, la seule vertu qui a forgée les grands destins. Que dit-il ?

« La passion d’agir ne va pas sans quelque rudesse de procédé car l’homme de caractère incorpore à sa personne la rigueur propre à l’effort. Les subordonnés éprouvent cette rudesse et parfois gémissent, mais dans l’action, tous se tournent vers celui qui lève le fardeau et le porte. On lui rend en estime ce qu’il offre en sécurité. La difficulté attire l’homme de caractère car c’est en l’étreignant qu’il se réalise. Assuré dans ses jugements, conscient de sa force, il ne concède rien au désir de plaire ».

A l’inverse du caractère et du courage, le management prétend mobiliser les hommes par les processus. Il correspond aux évolutions psychologiques et idéologiques de la Postmodernité. Moins autoritaire et d’apparence davantage participatif, le management est compatible avec l’hédonisme libertaire et le néo-individualisme actuel.

Le management produit un discours pseudo-rationnel. Il est le fruit non pas d’une sagesse ancestrale sédimentée par l’expérience, mais d’une analyse froide de la réalité humaine. Le management, c’est du sérieux. Prenant en compte l’existence d’une concurrence qui ravage nos comptes d’exploitation, les Princes prétendent maîtriser le réel par le contrôle et la mise en équation des équipes. C’est le sens profond du programme « Efficacité Opérationnelle ».

En conformité avec l’idéologie du Management et se soumettant à ses injonctions, les Princes croient se poser les « bonnes questions » : combien ça coûte ? combien ça rapporte ?

Le 5 Février 2003, pour justifier l’emploi de la force en Irak, Colin Powell s’appuya sur une présentation Powerpoint. Le chef de la diplomatie américaine transforma ainsi son plaidoyer devant le Conseil de sécurité en une vulgaire démonstration marketing.

FORCE OUVRIÈRE LIBRE INDÉPENDANT DÉTERMINÉ

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

  • FO Auchan le Pontet et Vaucluse les lanceurs d’alertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet