Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

Accord Emploi : « Peut-on être loyal à l’accord et fidèle aux salariés? « 

 

Face aux députés PS, Berger l’appliqué et Mailly le roué

 

Par Elsa Freyssenet | 07/02 | 07:00

Les secrétaires généraux de la CFDT et de FO ont été auditionnés par les députés PS au sujet de la transposition de l’accord sur l’emploi.

 

L’un avait la tâche plus facile que l’autre et ce n’est pas forcément celui que l’on croit. Laurent Berger et Jean-Claude Mailly ont été successivement auditionnés à huis clos, avant-hier et hier, par le groupe PS de l’Assemblée sur l’accord social sur le marché du travail, qui doit être transposé dans la loi. Le texte gouvernemental sera transmis en début de semaine prochaine au Conseil d’Etat et aux partenaires sociaux, avant son examen au Parlement. Le secrétaire général de la CFDT, signataire de l’accord, devait convaincre les députés PS d’en préserver « l’équilibre » et donc de ne pas l’amender significativement. « Cette négociation n’est pas un simple troc, souplesse contre sécurité, mais l’émergence d’un nouveau paradigme dans les relations sociales », a-t-il souligné, avant de défendre l’un des points les plus contestés à gauche : la reconnaissance des « plans de sauvegarde de l’emploi » qui seront désormais soumis à « un accord collectif majoritaire » et à « l’homologation de l’administration ». Le responsable syndical a été jugé « appliqué mais un peu terne » par un député pourtant favorable à la transposition telle quelle de l’accord.

 

La responsabilité des élus

 

Tout le contraire du secrétaire général de FO, qui s’est appliqué à brosser les parlementaires dans le sens du poil. Plutôt que de partir bille en tête contre l’accord, il a d’abord demandé aux députés PS de bien vérifier que les dispositions sur la mobilité interne des salariés n’entrent pas en contradiction avec la convention 158 de l’OIT. Puis, jouant à la fois sur la frustration des élus quant à leur pouvoir d’amendement et sur leurs réticences quant à la flexibilité, il les a mis devant leurs responsabilités : « Ce n’est pas l’accord que l’histoire retiendra, c’est la loi. » « Si j’ai pu réussir à ébranler un peu les députés, c’est bien », a-t-il déclaré à la sortie. « Peut-on être loyal à l’accord et fidèle aux salariés? Question en l’air », s’est interrogé le député de la Nièvre Christian Paul sur son compte Twitter. Ce qui résume un questionnement assez répandu.

 

Elsa Freyssenet, Les Echos

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet