Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

2017 : l’année de tous les dangers.

Chers Camarades, chers Collègues,

 

Hérodote rappelait : « la prospérité des hommes n’est jamais stable ».

Aux risques politiques nés en 2016 (Brexit, Elections US, Populismes Européens…), s’ajouteront cette année de fortes incertitudes économiques et financières.

L’Europe pourrait très bien servir de variable d’ajustement à la guerre commerciale et monétaire entre les Etats-Unis et la Chine. L’élection de Donald Trump ouvre un nouveau cycle qualifié de « démondialisation » porté par le retour en force du protectionnisme qui tout en renforçant considérablement les tensions internationales, réduirait fortement la croissance mondiale.

Le Brexit fait peser une menace de désintégration de l’Union européenne et de son grand marché. L’échec du référendum sur la révision de la Constitution en Italie et la crise ouverte par la démission de Matteo Renzi relancent les interrogations sur la solidité de la zone Euro, compte tenu de la situation financière de la péninsule qui conjugue une dette publique de 133 % du PIB et un système bancaire miné par 360 milliards d’Euros de créances douteuses.

Enfin, se dessine un cycle électoral à très haut risque dans la zone Euro avec des scrutins majeurs aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et probablement en Italie.

Groupe Auchan va être très fortement impacté par cet environnement à hauts risques : il devra démontrer sa capacité à se relancer ou bien à poursuivre un déclin qui s’accélère sur son marché domestique : la France.

Les Princes qui nous gouvernent ne peuvent plus se tromper : ni sur le diagnostic, ni sur les remèdes, ni sur le contexte. La dégradation accélérée des résultats nous oblige à agir vite et fort.

Le cœur du déclin du Système Auchan reste l’effondrement de l’offre compétitive dont la reconstitution est la clé pour une sortie de cette zone mortifère dans laquelle nous sommes engagés depuis ces dernières années. En seront-ils capables ?

Il est urgent de tourner la page inaugurée par les clowneries de Papa m’a dit, qui en compagnie de son homme de main, le spécialiste du poulet boucané expédié en Chine pour remerciements d’avoir détruit Auchan France (il n’était pas le seul…), ont confondus une entreprise de distribution avec Disneyland. Le nez rouge sur le visage en moins ! Les ravis de la crèche….

Le temps des discours et des demi-mesures est révolu. Ce cynisme et ce déni de la réalité nous ont emmenés droit dans le mur, en klaxonnant.

Et qui va payer ce prix colossal sur nos rémunérations et sur nos emplois ? Le métier d’Hôtesse de caisses déjà très fortement impacté par un management cruel, va faire l’objet de toutes leurs attentions afin de réduire la masse salariale pour accompagner les régressions de CA.

Les affaires qui témoignent de la violence qui est faite aux Hôtesses de caisse ne vont faire que s’amplifier avec ce qui nous est annoncé : « 1 500 postes équivalents 35 H sont visés sur 3 ans au bas mot. Plus de 2 000 emplois d’Hôtesse de caisse qui seront remplacées par des automates ».

Où l’on comprend tout l’intérêt pour les Princes qui nous gouvernent de contrôler le CCE afin de faire passer toutes leurs « réformes » comme ils disent qui n’ont qu’un seul objet : réduire encore et toujours plus les frais de personnel. Même si nous devons y laisser notre santé !

 Les machines, elles, ne tombent pas enceintes.

 Nous allons aborder l’analyse de cette année 2017 à hauts-risques sur deux dimensions : le risque Géopolitique (Partie I) et le risque Economique pour Groupe Auchan (Partie II).

Première partie : Le risque Géopolitique pour Groupe Auchan

 La menace la plus grave qui menacera la paix mondiale en 2017, et sans doute dans les années suivantes, est l’affrontement entre Etats-Unis et Russie, et surtout ce qu’il révèle.

Ce n’est pas une nouvelle guerre froide. Cette dernière reposait sur l’affrontement de deux blocs opposés mais homologues. Elle avait instauré un ordre mondial et une paix européenne.

La clef de la Géopolitique actuelle, c’est le chaos. Il n’y a plus deux pôles de puissance parce qu’il n’y en a plus aucun. Les Etats-Unis restent de loin le numéro 1, mais ils ont perdu l’hégémonie qu’ils exerçaient autrefois sur la moitié de la planète, au moins.

A l’époque de la guerre froide, les deux Grands se comprenaient. Les doctrines stratégiques de chacun étaient connues et la dissuasion était garantie par les arsenaux nucléaires.

Aujourd’hui, Russes et Américains ne se comprennent plus. Ils ne connaissent plus les lignes rouges de l’autre et probablement, même pas les leurs. Le risque de voir éclater un conflit non voulu augmente donc. La zone la plus dangereuse en ce moment est l’Arc Baltique, le long de la frontière russe.

La première mission du nouveau président américain sera donc de rouvrir le dossier russe et de trouver un compromis avec Vladimir Poutine pour apaiser ce climat d’avant-guerre. Une tâche très difficile, même pour Donald Trump.

De façon schématique, nous pouvons synthétiser les menaces qui pèsent sur la planète en 9 potentialités de déflagrations plus ou moins fortes. Groupe Auchan n’est bien sûr pas directement concerné par ces 9 dimensions, mais vous verrez qu’il ne pourra pas faire l’économie d’une analyse politique et stratégique des menaces qui pèsent sur son modèle que les Actionnaires familiaux, faut-il le rappeler, ont voulu « mondialisé ».

N’oublions pas cependant que l’imprévu est la règle en matière stratégique. Quelle sera la surprise de 2017 ?

  1. La désunion Européenne.

Les élections en France, en Allemagne où Angela Merkel est menacée, aux Pays-Bas où les populistes pourraient faire une percée, inquiètent. En Italie, la crise politique à la suite de l’échec du référendum de Matteo Renzi pourrait se doubler d’une crise bancaire très violente. Le plus important est bien sûr la négociation du Brexit à partir de Mars 2017. Et les conséquences de la guerre au Proche-Orient qui se traduiraient par l’arrivée en Europe de nouvelles vagues de réfugiés et probablement, des infiltrés de Daesh parmi eux.

  1. Que fera Donald Trump ?

La plus grande incertitude tient à la politique que mènera le nouveau président américain. Remise en question de la mondialisation, conflits économiques avec le Mexique ou la Chine, remise en cause de l’accord avec l’Iran. Beaucoup craignent le pire.

  1. La fin de la politique expansionniste de la FED ?

Le monde des affaires a les yeux rivés sur la politique monétaire de la Banque Centrale Américaine : la FED pour Federal Reserve System. Les milieux d’affaires craignent que la FED abandonne sa politique de taux d’intérêts faibles, ce qui pourrait provoquer un nouveau choc mondial. Devant l’incertitude provoquée par l’élection de Donald Trump, cette perspective pourrait s’éloigner, mais les taux pratiqués par les banques augmenteront quand même, justement à cause de l’incertitude. La fameuse « prime de risques ».

  1. L’Amérique latine : une nouvelle décennie perdue ?

 Au cours des années 2000, le sous-continent a profité de la hausse des prix des matières premières. Les prix se sont retournés affectant gravement le Brésil, mais aussi le Venezuela au bord de l’implosion. En Colombie, la paix avec les FARC n’est pas encore garantie.

  1. Afrique : le retour en force des islamistes.

Les groupes djihadistes sont loin d’être vaincus en Afrique du Nord et au Sahel. Ils pourraient même revenir en force, profitant d’un éventuel décès du Président Bouteflika en Algérie et de troubles en Libye et en Tunisie où des élections locales auront lieu fin 2017. Beaucoup d’autres foyers inquiétants existent en Afrique noire, en particulier en République Démocratique du Congo où la crise politique n’est pas terminée et au Cameroun où auront lieu prochainement des élections à très hauts risques.

  1. Multiplication des foyers de guerre au Proche-Orient.

2017 verra sans doute la défaite de Daesch, mais cela ne mettra pas fin aux conflits en Syrie, en Turquie (avec les Kurdes) ou au Yémen. Au contraire, de nouvelles tensions peuvent apparaître entre sunnites et chiites, en Irak ou dans le Golfe. Sans parler des relations entre les Kurdes et leurs voisins, ou encore aux frontières d’Israël. Et reste la question : qui recueillera l’héritage de Daesh ?

  1. La frontière russe, frontière de la nouvelle guerre froide.

Les zones dangereuses sont nombreuses à la frontière russe. Particulièrement sensibles, l’Ukraine et la Crimée et au-delà de la Russie, le Haut-Karabagh où les Azéris ont relancé les opérations militaires en avril 2016. Mais aussi l’Estonie terrorisée par la menace de Donald Trump de se désengager de l’OTAN. Signe des temps, le parti du Centre, russophile, devrait accéder au pouvoir dans ce pays.

  1. L’Asie orientale à la merci d’une escalade.

Bien sûr, Pékin sait jusqu’où ne pas aller trop loin dans sa volonté de contrôler les mers proches. Mais un dérapage est toujours possible. D’autres menaces pointent : en Corée du Nord contre laquelle les Etats-Unis veulent renforcer les sanctions, en Thaïlande après la mort du Roi et aux Philippines dont le nouveau président Duterte est dans le collimateur des Américains.

  1. Entre émergence et crise : la fin des BRICS ?

Depuis quelques années, les économistes craignent un effondrement de certains émergents. BRICS est un acronyme inventé par Goldman Sachs pour qualifier ces pays émergents que sont le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. L’Inde connaît une croissance vigoureuse, la Russie va bénéficier de la hausse des Hydrocarbures. Restent le Brésil et ses fragilités politiques et économiques et surtout, la Chine avec sa dette colossale. A quelques mois du 19 ème congrès du Parti Communiste Chinois, l’homme fort de Pékin XI Jinping fera tout pour éviter l’aggravation de la situation qui, dans ce pays-continent, peut très vite devenir incontrôlable. On danse sur un volcan dans l’Empire du Milieu !

Conclusion : la mondialisation en quête de pilote

Lawrence Summers, ex-secrétaire du Trésor de la présidence Clinton a sonné  la fin de l’âge d’or de la mondialisation. Il vient d’engager un procès en révision en déclarant : « Nous avons besoin de réorienter le dialogue économique mondial vers la promotion d’un nationalisme responsable plutôt que vers une intégration internationale qui serait une fin en soi ».

 Dores et déjà, les économistes de marché s’efforcent de circonscrire les conséquences de cette désintégration. Les analystes de la Deutsche Bank en voient cinq : réduction des déséquilibres commerciaux ; rétrécissement des financements en dollars ; ralentissement des investissements internationaux ; reprise des pressions inflationnistes ; efficacité accrue des politiques monétaires nationales.

Reste la question de fond, veille comme le monde, que pose Michel Camdessus, Directeur général du FMI de 1987 à 2000, lors du Forum des Bernardins : « Nous sommes devant le défi de mettre en place une gouvernance mondiale reposant sur la liberté des peuples et non sur la conquête et la domination de quelques-uns, que ce soit Alexandre, César Auguste, Napoléon ».

C’est vrai que nos amis les Belges font bien pâle figure face à ces noms glorieux. A la domination Aristocratique, nous avons substitués la domination marchande. Sommes-nous vraiment certains d’y avoir gagnés ?

L’hypocrisie du Système Auchan crée un sentiment de malaise et de dégoût.

 ils nous proposent un faux idéal qui masque la loi implacable du profit et de l’exploitation.

 Et leurs mensonges, leurs pseudos « valeurs » proviennent du fait qu’ils ont uniquement pris

pour fondement la structure économique et non pas l’homme dans sa dignité.

 Cette abomination décolore la vie, lui retire son goût naturel : elle fait de notre existence

une existence insipide.

 Et elle serait pourtant notre joie et notre fierté si nous pouvions la revendiquer, si nous

trouvions en elle notre accomplissement.

 Car pour nous, ce qui est important, c’est le destin qu’on fait à l’homme.

 Il faut que l’homme ait une famille et qu’il soit heureux au sein de cette famille.

 Il faut que l’homme ait une demeure et qu’il puisse la bâtir selon son goût.

 Il faut que l’homme ait un travail et qu’il aime ce travail ; qu’il le fasse avec joie et que

le fruit de ce travail lui revienne loyalement.

 A ces conditions, l’homme et la femme mènent leur vie d’hommes libres.

 Ils ne sont pas volés de leur existence.

 

FORCE OUVRIÈRE LIBRE INDÉPENDANT DÉTERMINÉ

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

  • FO Auchan le Pontet les lanceurs d’alertes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet