Force Ouvrière - Auchan le Pontet et Vaucluse

- Un syndicat libre, indépendant, déterminé !

2017 : l’année de tous les dangers. Partie II : le risque économique pour Groupe Auchan.

Chers Camarades, chers Collègues,

L’année qui démarre s’annonce mouvementée pour le monde économique qui aura rarement été confronté à autant d’inconnues.

La principale vient des Etats-Unis, où Donald Trump a placé le protectionnisme au cœur de son programme, ce qui risque d’engendrer de vives tensions avec le monde en général et avec la Chine en particulier.

Pour sa part, l’Europe va vivre sous haute-tension avec des élections majeures en France et en Allemagne, où le score des extrêmes sera scruté par les marchés financiers.

Sans oublier le Brexit avec, à la clé, des discussions très tendues entre Britannique et Européens.

La démondialisation : une catastrophe pour Groupe Auchan

 Le village mondial, notre planète, se résume en une formule : « Désigned by Apple in California, assembled in China ». « Conçu par Apple en Californie, monté en chine », lit-on au dos des IPhone, produit emblématique entre tous de la globalisation.

La technique structure les modes de vie et les systèmes politiques et il en a toujours été ainsi : « Donnez-moi le moulin à vent et je vous donnerai la société féodale ; donnez-moi la machine à vapeur et je vous donnerai la société capitaliste industrielle », prétendaic Karl Marx. Aujourd’hui il dirait « Donnez-moi les caisses automatiques et je vous ferai disparaître les Hôtesses de caisse… ».

Historiquement, on parle de « première mondialisation » pour désigner la Belle-Epoque brisée net un jour de Juin 1914 à Sarajevo. Quant à la seconde mondialisation, la nôtre, elle donne de sérieux signes d’essoufflement. Le commerce mondial ne parvient pas à retrouver son essor d’avant la crise financière de 2008.

Et comme l’Histoire aime la farce, Donald Trump semble prêt à lui porter le coup de grâce.

Un comble : les Etats-Unis ne sont-ils pas le fruit de la première mondialisation et de la cinquantaine de millions d’Européens qui ont émigrés chez eux ? Et Washington a été le grand ordonnateur de la seconde vague d’internationalisation, notamment sous la présidence Clinton. D’où le soutien maximal de l’Oligarchie Mondialisée à l’Obama Girl….

Du côté de Néchin, on a commencé à allumer les bougies et à réciter les prières…

Victime expiatoire de cette perte de vitesse, Hanjin, le géant coréen du transport maritime, dépose son bilan en septembre dernier. Tout un symbole.

« Sans conteneur, il n’y aurait pas de mondialisation » a écrit The Economist pour saluer une invention qui a révolutionné les échanges de marchandises solides et assure 90 % de leur transport maritime.

Et comme pour illustrer cette réalité, Le Mercredi 24 février 2016 Le Président Fondateur se rend à bord du Vasco de Gama, un des plus grands porte-conteneurs au monde. Voir article. La noria des 200 000 containers par an risque d’en prendre un coup…

Prenez le temps de savourer cette superbe langue de bois, cette Novlangue qui leur a permis de justifier leurs agissements. Les Mulliez, en jouant à outrance la mondialisation contre les emplois en France, ont activement participés à l’explosion de la misère : 9 Millions de pauvres !

 Nous reprenons, textuellement, la déclaration de Rodolphe Saadé, le patron de CMA CGM : « Cette visite démontre que les entreprises françaises ont ensemble un rôle majeur dans l’économie mondiale. C’est en rassemblant les forces de la distribution comme les enseignes de la famille Mulliez, celles d’un leader du transport maritime comme CMA CGM, et la qualité des infrastructures françaises comme celles de Dunkerque, que nous contribuerons à dynamiser l’économie française  ».

 C’est vrai qu’en allant chercher à l’autre bout du monde la marchandise des Mulliez pour la déverser dans leurs magasins, la CMA CGM et son patron contribuent activement à dynamiser l’économie française…

 Pauvres de nous. On s’étonne que PravdaLand n’ait pas jugé utile d’y rajouter son grain de sel. Toujours là quand il faut pour chanter les louanges de leurs Maîtres…

 

Donald Trump : l’Empire contre-attaque

 

La réalité dépasse la fiction dont la prévision économique n’est après tout qu’une variante chiffrée qui ne vaut pas brevet de scientificité. Il y a longtemps que le ridicule ne tue plus lorsqu’on regarde les « prévisions » des Princes qui nous gouvernent…

Présenté par les médias comme un démagogue, sans être un idéologue, ultralibéral à l’intérieur et détracteur à l’extérieur, le 45 ème président des Etats-Unis désarçonne pour le meilleur et pour le pire.

Pour le moment, Wall Street ne veut voir que la face ensoleillée de la pièce. Andrew Kenningham estime que « La relance budgétaire d’au moins 2% du PIB américain par an sera sans doute actée au deuxième trimestre 2017 par la Maison-Blanche et le Congrès ».

Un autre facteur très favorable va produire tous ses effets. L’élection de Donald Trump, conjuguée au maintien de la majorité républicaine au Congrès, met fin à six années de division au niveau de la direction des Etats-Unis.

 L’unité à la tête de la première puissance économique est un signal important de cohérence.

Ce qui est bon pour l’Amérique l’est-il pour le reste du monde ?

Donald Trump s’en soucie comme d’une guigne, lui qui a osé évoquer un retrait américain de l’OMC, de l’OTAN, voire de l’ONU. PravdaLand et l’exaltation de Global Compact en est déjà tout dépité…

Sans même imaginer pareil scénario de guerre commerciale Apocalyptique, le tribut à payer pour « le reste du monde » est dores et déjà considérable.

L’Empire américain contre-attaque, traitant les autres comme des ennemis de l’intérieur. Le danger majeur de 2017 ?

La Chine se prépare à une guerre commerciale

« Nous ne pouvons plus continuer à laisser la Chine violer notre pays. C’est le plus grand vol de l’histoire du monde ». D’une extrême violence, les attaques répétées de Donald Trump durant la campagne électorale américaine, contre l’Empire du Milieu (un petit coucou à Mister Poulet boucané, expédié dans un container et enfumé dans la pollution de Pékin), font craindre une guerre commerciale entre les deux premières puissances mondiales.

Un scénario d’autant plus redouté que le futur Président américain vient de nommer un économiste réputé anti-chinois, Peter Navarro, au poste de conseiller commerce à la Maison-Blanche.

Les possibilités de rétorsion contre les agissements déloyaux de la Chine sont vastes. La nouvelle Administration Trump peut décider de prendre par exemple, de nouvelles mesures protectionnistes pour préserver le secteur de la sidérurgie américaine contre la surproduction chinoise. On sait dans quelles conditions épouvantables est produit l’acier chinois… Pékin tenterait alors d’écouler ses stocks sur les marchés Européens qui n’ont vraiment pas besoin de ça.

Où l’on voit comment l’AFM risque de faire la tranche entre ces conflits Géopolitiques qui va rendre les choses compliquées… comme ils disent.

Les Chinois ne resteront évidemment pas les bras croisés si Donald Trump met à exécution ses menaces. Wang Yi, le ministre des Affaires étrangères à récemment prévenu : « Des facteurs nouveaux, compliqués et incertains vont affecter la relation bilatérale ».

Pékin n’hésitera pas à engager des représailles en remplaçant des commandes de Boeing par des Airbus, en réduisant les ventes d’IPhone comme ce fut le cas en 2016 ou encore en imposant des droits de douane sur les importations de soja par exemple.

Les Investissements de Groupe Auchan dans l’Empire du Milieu seront sous haute-tension car nos amis les Belges ne pourront pas passer à travers les gouttes d’un durcissement de l’environnement politique… Il y a tant de moyens de pression à la disposition du pouvoir politique Chinois !

CONCLUSION

 Contrairement à l’idée qui prévaut à Washington et à l’Ouest en Général, et qui fait croire en une tendance historique de long terme qui mènerait vers un monde toujours plus pacifique, plus libre, plus harmonieux et plus prospère, les évènements des dernières années ont démontré que de telles tendances lourdes n’existent pas : l’exercice du Hard power et la capacité de jouer aux échecs Géopolitiques restent nécessaires. Games of Thrones.

Les dirigeants des puissances régionales prennent le temps d’observer Donald Trump. L’Administration Trump admet le Hard power et la Realpolitik plus que le faisait Obama ; elle comprend mieux et condamne moins.

L’US Navy devra sans doute adopter une attitude moins passive face aux provocations Iraniennes qui visent à défier la présence américaine dans la région du Golfe. Et Vladimir Poutine fera sans doute un sérieux effort pour que les relations entre les deux pays fonctionnent. Car si le Kremlin ne peut s’entendre avec le nouveau Président, avec quelle personnalité politique américaine pourrait-il développer des relations de coopération ?

Et de même que les changements Géopolitiques aggravent les risques de conflits, l’économie mondiale est un autre facteur de risque global. L’accumulation des dettes s’est accélérée depuis la crise de 2008 et porte le niveau de la dette mondiale à 225 % du PIB de la planète, un chiffre jamais atteint auparavant.

En Chine, dont l’économie est déjà menacée d’entrer dans une longue période de stagnation, le risque économique est particulièrement élevé : le FMI a récemment prévenu que la dette chinoise, qui alimente artificiellement la croissance, menace le pays d’une « calamité financière », principalement à cause des créances douteuses. Une crise financière de grande ampleur en Chine aurait un impact très négatif sur le reste du monde et aggraverait les tensions Géopolitiques.

Une chose est certaine : tout ne peut pas continuer comme avant…

 

Il ne suffit pas de regarder couler le beau fleuve Vendre-Vendre-Vendre.

 On nous entonne des litres et des litres de son eau immonde comme autrefois

ceux qui subissaient la question.

 Cet empoisonnement altère tout : notre jugement, notre volonté, le témoignage de nos sens.

 Il nous impose des idoles, il nous fabrique des vérités.

 Il change notre sang comme si nous subissions une transfusion continuelle.

 Et en même temps, il agit comme une drogue.

 Il nous excite, il nous obsède, il nous laboure et fait germer en nous des désirs,

des idées fixes, plantes étrangères qui croissent comme une ivraie,

étouffant tout en nous et nous imposant leur sale présence.

 Et nous ne sommes plus que cet immondice-même qu’ils ont mis en nous.

 Nous ne sommes plus que ces désirs imbéciles, tous parallèles

et mis en botte pour former cette belle chose qu’on appelle un chiffre d’affaires.

 

FORCE OUVRIÈRE LIBRE INDÉPENDANT DÉTERMINÉ

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

  • FO Auchan le pontet les lanceurs d’alertes.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2012 - 2017 | Force Ouvrière - Auchan le Pontet